Foire aux questions d'entretien

Balcon de béton (gel et dégel)


Les balcons de béton offrent une surface robuste et durable, mais certains produits et les impacts d'outils comme les pelles métalliques peuvent les détériorer. Prenez soin de les entretenir avec une certaine précaution. L'hiver, n'utisez pas le sel de déglaçage sur les surfaces de béton. Les sels de déglaçage au chlore de sodium ou de calcium sont néfaste pour l'environnement. Ils renferment des agents oxydants qui accélèrent la corrosion et peuvent faire rouiller les armatures d'acier à l'intérieur des structures. De plus, l'action du produit augmente de manière exponentielle le cycle de gel et dégel. C'est ainsi que le béton en surface s'effritera prématurément. Employez plutôt du sable ou du gravier. Il existe certains produits à base de chlorure de potassium qui n'endommageront pas les plantes ni la pelouse, en plus de ne laisser aucun résidu, mais ils pourraient tout de même endommager le béton en surface. Prenez également garde au soulèvement par le gel des perrons en béton. Comme c'est la pratique courante, votre constructeur vous a possiblement livré votre résidence avec un aménagement de terrain brut. Lorsque vous finirez le terrassement devant les escaliers de votre perron, assurez-vous de ne pas remplir l'espace généralement laissé sous la dernière marche. Le gel pourrait soulever suffisamment le sol pour briser l'escalier de béton. Il est recommandé de laisser au moins 75 à 100 mm (3 à 4 po) sous la première marche pour éviter un soulèvement par le gel.




Céramique et coulis


Les planchers en carreaux de céramique offrent une surface durable et facile d'entretien. En raison du séchage de la structure de votre résidence, il est possible que vous voyiez de légères fissures dans les joints de mortier (aussi appelé "coulis"). Cette situation est normale et ne nuit pas à la solidité de l'assemblage. Vous pouvez appliquer un scellant de couleur similaire ou transparent à la jonction des plans verticaux et horizontaux pour les protéger de l'eau, le cas échéant. En général, la céramique ne sera pas abîmée par l'eau, mais évitez toutefois de laisser d'importantes quantités d'eau sur le plancher à la sortie d'une douche ou du bain par exemple. Le coulis n'est pas imperméable et il est préférable de ne pas le laisser baigner dans l'eau. À la longue, ceci pourrait détériorer le coulis et éventuellement le sous-plancher. Si par accident vous échappez un liquide coloré sur votre plancher de céramique (comme du vin ou du jus), ne tardez pas à l'essuyer avec une bonne quantité d'eau que vous essuierez par la suite. Le mortier entre les carreaux de céramique est un matériau relativement poreux et vous pourriez le tacher de façon permanente.




Condensation sur les fenêtres et parois froides


Il est possible, que dans certaines circonstances, que vous trouviez de la condensation sur les vitres des fenêtres de votre demeure. Contrairement à ce que vous pourriez croire, cette situation peut témoigner d'une bonne qualité de construction. En effet, une enveloppe de bâtiment bien conçue et bien réalisée entraînera une rétention de l'humidité à l'intérieur et, lorsque son taux devient trop élevé et qu'elle entre en contact avec une surface plus froide, comme les vitres, la condensation apparaîtra. La condensation est un phénomène qu'on rencontre à plusieurs endroits. Un exemple simple que vous avez pu observer : l'été, lors de journées chaudes, il se forme des gouttelettes d'eau à la surface d'un verre contenant une boisson froide. L'air, chargé d'humidité, entre en contact avec les matériaux à l'intérieur, et certains sont plus froids que d'autres en raison de leur valeur isolante ou de leur compositon. La vapeur d'eau se transformera alors en eau liquide, et c'est ce qu'on appelle la "condensation". La condensation excessive peut entraîner, à la longue, un détérioration des matériaux et la prolifération de moisissures. Vous devez donc assécher les endroits mouillés lorsqu'il y a un excès de condensation. Condensation sur les fenêtres Bien qu'il soit normal que vous retrouviez de la condensation sur les fenêtres lors d'une journée d'hiver très froide ou lorsqu'il y a des activités particulières chez vous (préparation de nourriture, plusieurs douches d'affilée, réunion de plusieurs personnes, etc.), ceci devrait être un phénomène temporaire et passager. Si vous observez de la condensation de façon régulière, il est probable que la ventilation de votre habitation soit insuffisante. Augmentez la ventilation, mais sans exagération. L'assèchement excessif de l'air entraîne beaucoup de problèmes et il faut éviter les changements draconiens. Condensation sur les parois froides En période estivale, le taux d'humidité relative est très élevé et le sol sur le pourtour de la fondation est plutôt froid. Il peut donc arriver que de la condensation se forme sur les murs du sous-sol ou même sur le plancher du sous-sol. Par exemple, lors d,une chaude journée d'été où le taux d'humidité serait de 70% pour une température de 30˚C, le point de rosée (moment où il y aurait de la condensation) serait autour de 23˚C. Donc dès que l'air entrera en contact avec une surface dont la température est inférieure à 23˚C, la vapeur d'eau se transformera en gouttelettes d'eau. Il est possible aussi que vous voyiez de la condensation sur d'autres surfaces comme la cuvette des toilettes ou certains conduits de plomberie. Cette situation est normale lors de canicules, mais ne devrait pas se produire de façon régulière. De manière à éviter des problèmes de condensation sur les fenêtres ou les murs, un certain nombre de précautions sont à prendre. En hiver (et pendant les journées froides du printemps et de l'automne) :

  • Évitez de laisser les rideaux fermés durant la journée. Ceci permettra la circulation de l'air et la condensation se dissipera.
  • Il est également recommandé de retirer les moustiquaires.
  • Pour éviter d'emprisonner l'air dans des endroits plus froids, évitez de placer de gros meubles ou des boites devant les murs; laissez un dégagement adéquat.
  • Évitez aussi de remplir exagérément les garde-robes qui donnent sur les murs extérieurs.
En été :
  • Évitez d'ouvrir les fenêtres du sous-sol lors de journées humides.
  • Pour éviter d'emprisonner l'air dans des endroits plus frais, évitez de placer de gros meubles devant les murs du pourtour du sous-sol; prévoyez un dégagement.
  • Évitez aussi de remplir exagérément les garde-robes.




Contrôle de l'humidité intérieure


Humidité L'air contient une certaine quantité d'eau sous forme de vapeur et on utilise le taux d'humidité relative (H.R.) pour mesurer cette quantité. Scientifiquement, on dira que l'humidité relative est : le pourcentage de vapeur d'eau que contient un volume d'air donné, à une température donnée, par rapport à la quantité de vapeur d'eau que peut contenir ce même volume d'air à cette température. En d'autre mots, plus l'air est chaud, plus grande est la quantité d'eau qu'il peut retenir sous forme de vapeur. L'air chaud est une bonne éponge, tandis que l'air froid peut contenir peu de vapeur d'eau. Taux d'humidité au départ Lors de la construction de votre habitation, les matériaux utilisés avaient une certaine teneur en eau. On n'a qu'à penser au béton qui est coulé, au bois de charpente, au plâtre ou à la peinture. Après la construction, le taux d'humidité du bâtiment se stabilisera au fur et à mesure que les matériaux s'assécheront pour retrouver leur teneur en eau normale. Ce séchage entraînera une augmentation du taux d'humidité relative dans l'air intérieur, et pourquoi les besoins de ventilation ou de déshumidification seront plus importants dans les 12 à 18 premiers mois d'habitation. Il est recommandé d'avoir recours à un déshumidificateur pendant la période de "séchage" de votre demeure. Attention cependant aux excès! Une fois l'air sec, il peut être difficile de retrouver un taux d'humidité agréable et adéquat. Source d'humidité Les occupants d'une habitation produisnet énormément d'humidité. Votre famille et vous pourriez produire jusqu'à 63 litres d'eau par semaine. Cette eau sous forme de vapeur se retrouvera dans l'air chaud et humide introduit par les fenêtres en été. Attention! À moins d'une situation particulière, comme en l'absence d'occupants, il n'y a pas de production d'humidité ou de polluants, ou très peu. Il n'est donc pas recommandé de ventiler ou de déshumidifier pendant ces périodes. Sinon vous risquez d'assécher inutilement votre demeure. Taux d'humidité recommandé Il est recommandé de maintenir le taux d'humidité relative intérieur entre 30 et 50%. L'idéal serait entre 35 et 45%. Un surplus d'humidité peut entraîner des problèmes de condensation et la prolifération de bactéries, de virus, de champignons, etc. En revanche, l'air trop sec peut aussi provoquer le développement de bactéries et de virus et entraîner des problèmes respiratoires. Sans compter les dommages que cela peut causer à votre résidence. Connaître le taux d'humidité Il est important que vous preniez l'habitude de regarder le taux d'humidité de votre demeure. comme la température ambiante, le taux d'humidité influera beaucoup sur votre confort et celui de vos proches. Nous vous recommandons de vous procurer un hydromètre pour que vous puissiez régulièrement prendre connaissance du taux d'humidité et l'ajuster selon vos besoins. Vous pourrez ainsi trouver un juste équilibre entre un environnement trop sec pour vous et les matériaux de votre demeure et un milieu trop humide qui provoque de la condensation ou des moisissures. Il existe des hydromètres mécaniques et des modèles électroniques. Contrôle du surplus d'humidité Vous devrez régler l'humidité intérieure de votre demeure en fonction de l'humidité extérieure, de la température, de la production d'humidité intérieure et selon l'apparition de condensation à certains endroits s'il y a lieu (fenêtres, bas des murs, etc.). L'intérieur et l'extérieur de votre habitation agiront comme des vases communicants et le taux d'humidité variera au cours des saisons et parfois même en quelques jours. L'été, les matériaux vont absorber l'humidité; à l'automne, ceux-ci s'assécheront. L'hiver, l'air aura tendance à être plus sec, tandis qu'au printemps, l'intérieur se réhumidifiera tranquillement. Le contrôle de l'humidité intérieure est donc essentiel et peut ce faire de différentes façons.

  1. Par la ventilation;
  2. Par la déshumidification
  3. Par le chauffage
À ÉVITER Plusieurs activités ajoutent beaucoup d'humidité à l'air intérieur. Si vous désirez réduire l'apport d'humidité intérieure et prévenir les problèmes, évitez d'étendre les vêtemenets à l'intérieur pour les faire sécher. Évitez également l'entreposage de bois de chauffage et l'ouverture des fenêtres du sous-sol en été. De plus, si c'est vous qui vous chargez de l'aménagement extérieur, assurez-vous de bien éloigner l'eau des fondations en créant des pentes adéquates.




Entretien Saisonnier


Printemps

  • Vérifier l'état du terrain et revoir les pentes au besoin.
  • Vérifier l'état des margelles et les dégager au besoin.
  • Inspecter la toiture.
  • Vérifier l'état des gouttières et les endroits où elles se déversent.
  • Vérifier les revêtements extérieurs.
  • Vérifier le scellement extérieur (aux ouvertures, aux prises d'air, aux bouches d'extraction et aux sorties mécaniques).
  • Vérifier l'état de la peinture, des teintures et des vernies extérieurs.
  • Vérifier l'état des portes, des fenêtres et des moustiquaires.
  • Vérifier l'état des avertisseurs de fumée ou monoxyde de carbone et les nettoyer.
  • Vérifier le fonctionnement de la pompe de la fosse de retenue.
  • Nettoyer le filtre de la hotte de cuisinière.
  • Vérifier l'état des prises d'air et des bouches d'extraction et les nettoyer au besoin.
  • Nettoyer les filtres du système de ventilation.
  • Nettoyer le noyau de récupération de chaleur du système de ventilation (le cas échéant).
  • Nettoyer le boitier du système de ventilation.
  • Vérifier les filtres du système de chauffage et entretenir ses accessoires (le cas échéant).
  • Nettoyer le système de climatisation (le cas échéant).
Été
  • Vérifier l'état des prises d'air et des bouches d'extraction et les nettoyer au besoin.
  • Nettoyer le filtre de la hotte de cuisinière.
  • Nettoyer les filtres du système de ventilation.
  • Vérifier le système de climatisation (le cas échéant).
Automne
  • Vérifier l'état des margelles et dégager les feuilles et les débris au besoin.
  • Inspecter la toiture.
  • Vérifier l'état des gouttières, les nettoyer au besoin et retirer les conduits ou les blocs parapluie au bas des gouttières.
  • Vérifier les revêtements extérieurs.
  • Vérifier le scellement extérieur (aux ouvertures, aux prises d'air, aux bouches d'extraction et aux sorties mécaniques).
  • Vérifier l'état des portes et fenêtres.
  • Retirer les moustiquaires pour l'hiver (lorsque la période de chauffage est commencée).
  • Vérifier l'état des avertisseurs (fumée ou monoxyde de carbone) et les nettoyer.
  • Vérifier le fonctionnement de la pompe de la fosse de retenue.
  • Nettoyer le filtre de la hotte de cuisinière.
  • Vérifier l'état des prises d'air et des bouches d'extraction et les nettoyer au besoin.
  • Nettoyer les filtres du système de ventilation.
  • Nettoyer le noyau de récupération de chaleur du système de ventilation (le cas échéant).
  • Ramoner la cheminée et les conduits de fumée.
  • Vérifier les filtres du système de chauffage et entretenir ses accessoires (le cas échéant).
  • Remiser les boyaux d'arrosage et purger les conduits d'eau au besoin.
  • Vérifier l'état des combles (entre-toit).
Hiver Dégager les issues pour assurer l'évacuation des occupants en tout temps. Enlever la neige devant les fenêtres du sous-sol et dans les margelles. Enlever la neige devant les prises d'air et les bouches d'extraction. Enlever les accumulations importantes de neige sur la toiture ou sur les toits-terrasses. Vérifier l'état des combles (entre-toit) pour en retirer la neige qui aurait pu s'y infiltrer. Vérifier le fonctionnement des avertisseurs de fumée ou monoxyde de carbone. Nettoyer le filtre de la hotte cuisinière. Vérifier l'état des prises d'air et des bouches d'extraction et les nettoyer au besoin. Nettoyer les filtres du système de ventilation. Vérifier les filtres du système de chauffage et entretenir ses accessoires (le cas échéant).




Fissures sur les murs de fondation


Lors de sa période de cure, le béton mûrit et il s'assèche. Une importante quantité d'eau s'écapore, produisant un certain rétrécissement. Ce phénomène est normal en raison de la nature du béton, et cela provoque de petites fissurations verticales. Généralement, ces légères fissures sont sans conséquence. Elles peuvent atteindre sans problème une largeur de 3,2mm (1/8 po). Si toutefois vous constatez la présence de fissures horizontales ou si elles ont une largeur supérieure à 3,2mm (1/8 po), nous vous invitons à communiquer avec nous pour que nous puissions effectuer une vérification plus approfondie. À titre de référence, 3,2mm (1/8 po) correspondent à l'épaisseur de deux pièces de 0,25 $. Attention! Dans tous les cas, si la fissure provoque une infiltration d'eau, veuillez remédier à la situation rapidement en la colmatant. Prenez aussi soin de la mesurer régulièrement pour savoir si la fissure s'agrandit ou s'élargit. Les fissures de retrait devraient demeurer stables. Par mesure préventive, vous pouvez appliquer un scellant pour béton sur la fissure, de manière à éviter que de l'eau s'y infiltre et n'aggrave une situation à priori inoffensive.




Panneaux de gypse et peinture


Les matériaux qui ont servi à la réalisation de votre habitation contenaient une certaine quantité d'eau lors de leur mise en place. On peut penser au béton, aux joints de plâtre ou simplement à la peinture. Il est donc normal que cette quantité d'humidité s'évapore. Cette période de séchage dure environ de 12 à 18 mois suivant la fin de la construction, et ce processus normal peut engendrer :

  • un fendillement dans les joints de mortier;
  • une ouverture aux joints des moulures;
  • des fissures dans les panneaux de gypses;
  • une fissuration des coins de métal;
  • une ouverture des joints entre les comptoirs et les murs;
  • l'apparition de petites bosses vis-à-vis des fixations (tête de clous ou de vis).
Il est recommandé d'attendre au moins une année (12 mois) avant de procéder aux travaux correctifs pour laisser le temps aux matériaux d'atteindre un taux d'humidité stable. Exécution Les murs finis devraient présenter une surface uniforme et sans défauts apparents. Cependant, les joints de plâtre, les angles et la peinture ne peuvent avoir une surface parfaitement uniforme et plane. C'est pourquoi il est reconnu dans l'industrie que les surfaces doivent être observées à la lumière du jour, à une distance de 2 m (6,5pi) et à la hauteur des yeux. Il est donc normal selon certains angles ou en raison d'un éclairage particulier que certains défauts deviennent apparents. Attention! Toutes les conséquences associées au séchage normal du bâtiment peuvent être amplifiées et même provoquées si vous exagérez la ventilation de votre résidence. Pour en savoir plus sur les conditions d'humidité relative intérieure adéquates et la façon de les gérer, sélectionnez l'onglet Contrôle de l'humidité intérieures dans la section Questions & Réponses.




Plancher de bois


Les planchers en lattes de bois (massif ou stratifié) sont sensibles aux conditions intérieures de votre habitation. Vous devez considérer un certain nombre de critère pour éviter que vos planchers ne soient touchés par un surplus ou un manque d'humidité. Vous pourriez par exemple constater des changements dans vos planchers selon les saisons et les variations de température. Lors de la période de chauffage, le taux d'humidité est souvent plus bas, ce qui provoque un assèchement des planches et cause des ouvertures entre les lattes. L'été, l'humidité augmente et les lattes prennent de l'expansion. De façon à maintenir vos planchers dans des conditions adéquates, les fabricants recommandent que vous visiez un taux d'humidité relative entre 37 et 45 %. Malheureusement, le fait de maintenir un taux d'humidité relative un peu élevé l'hiver afin de réduire les ouvertures entre les lattes pourrait favoriser la condensation dans les fenêtres. Il n'existe pas de solution ralliant les meilleures conditions pour éviter les deux phénomènes. Vous devrez donc faire un choix entre maintenir un taux d'humidité un peu plus élevé et risquer d'avoir de la condensation, et maintenir ce taux un peu plus bas, mais en augmentant la possibilité d'avoir des ouvertures entre les planches. Attention! Si vous maintenez un taux d'humidité trop faible pendant une longue période, vous risquez un relâchement des attaches, ce qui pourrait engendrer des craquements, et les ouvertures entre les planches pourraient devenir permanentes. Entretien des planchers de bois Les planchers en lattes de bois demeurent relativement sensible. Il est recommandé de mettre des coussinets de feutre sous les pattes des meubles et d'éviter de faire glisser des objets ou des meubles pour réduire le risque de faire des égratignures. Passez l'aspirateur régulièrement pour enlever les poussières et les petites particules abrasives. Lorsque vous nettoyez le plancher, utilisez un détergent prévu à cet effet et utilisez un linge ou une vadrouille humide, mais pas trop mouillée. Il est recommandé de frotter dans le sens des lattes. Ne pas utiliser de nettoyants pour verre, car ils contiennent des abrasifs. Évitez les excès d'eau même pour l'entretien, car vous risquez d'endommager les fibres de bois.





  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon

Construction Ri-Mar © 2016 Tous droits réservés